A propos

Ma démarche photographique est fondamentalement liée à la curiosité de voir, regarder, observer, percevoir, contempler, s’émouvoir. Ne dénonçant ni ne revendiquant rien, mes photographies sont présentées comme de simples propositions de bonheur. J’invite à ralentir et même à s’arrêter pour prendre le temps de se pencher sur la beauté simple des choses telles que je les trouve dans la nature ou sur l’étal du marché. C’est sans apparat ni mise en scène sophistiquée mais sous la seule lumière frontale et linéaire du scanner que je fige ces choses si familières et quotidiennes qu’elles en paraissent banales ou désuètes. De ces petits riens, de ces peu de chose, de ces insignifiances de tous les jours, je m’applique à une observation méthodique. Car pour peu que l’on fasse l’effort de prêter attention, de consacrer quelques instants de notre temps si précieux à poser un regard attentif sur elles, ces banalités révèlent un monde poétique et onirique où se livre l’esthétique de l’architecture végétale ; un monde où le temps ne compte plus que par et pour les traces qu’il a laissées.

 

Toutes mes photographies sont tirées au palladium, sur des papiers japonais artisanaux en fibre de gampi ou de mûrier. Le palladium est un métal noble et précieux, stable et inaltérable comme le platine et l’or. Il est utilisé en photographie depuis 1873.

© 2016 Pascal Bonneau Photographe.